Pourquoi certaines orchidées vivent dans les arbres
Conte d’Amazonie
 

A l’aube du monde, les plantes les plus exubérantes de la jungle terrorisaient et étouffaient sans pitié les fleurs délicates. En ancrant solidement leurs racines dans le sol, certaines parvinrent toutefois tant bien que mal à défendre leur territoire et continuèrent à se développer. Mais d’autres eurent moins de chance. Ainsi, les fragiles orchidées finirent par dépérir et s’étioler. Leurs graines se mirent à rapetisser de manière inquiétante, si bien qu’un jour leur taille finit par ne pas dépasser celle d’un grain de poussière.

Les dieux des vents prirent alors en pitié leur triste sort et décidèrent de les aider. Délicatement, ils soulevèrent leurs graines minuscules vers le ciel, puis les dispersèrent au-dessus des arbres. A leur tour, ces derniers s’émurent de la fragilité des pauvres fleurs rescapées et les accueillirent, veillant à ce qu’elles aient suffisamment d’air, d’espace et de lumière pour survivre.

Terrifiées par leur chute vertigineuse, les jeunes plantes enroulèrent aussitôt leurs racines autour des branches de leurs bienfaiteurs, car elles avaient le vertige. Mais elles finirent petit à petit par aimer vivre entre ciel et terre. C’est pourquoi elles ne sont jamais redescendues sur le sol et continuent, depuis ce temps, à peupler les ramures accueillantes des arbres des forêts tropicales !

 


Certaines orchidées ne se contentent pas de porter des fleurs spectaculaires et arborent des feuilles veinées très décoratives, dont le dessin rappelle à certains peuples des pages d’écriture. L’orchidée Pétola tire ainsi son nom d’un terme javanais désignant le papier à lettres ! Dans cette partie du monde, on prétend même que ceux qui veulent apprendre à lire n’ont guère besoin d’aller à l’école : il leur suffit, dit-on, de badigeonner leurs paupières avec le jus extrait des feuilles de cette fleur pour pouvoir déchiffrer n’importe quel texte !